Sie sind hier

Ein Tag im EMS Lager EMS

La pluie finit de ruisseler le long de la tente. La nuit étoilée arrive à son terme. Les nuages menaçant le camp s’éloignent gentiment de la région de Prévonloup. La journée va bien commencer !

Après un gros petit-déjeuner, les directives, comme chaque matin, sont données sous le mât en haut duquel est hissé le drapeau suisse et celui des activités. Après avoir entonné avec fierté l’hymne national, la troupe se disperse. Les

Loups et les Castors s’organisent afin d’être le plus efficace possible et les chefs, la hache à la main et la scie dans l’autre, se lancent dans la forêt à la quête d’arbres morts. Les plus jeunes éclaireurs conduits par leur chef de patrouil  (CP) deviennent de véritables artisans du bois tandis que les plus expérimentés s’activent sur leurs « coins de patrouilles » respectifs. On   trouve une table, un établi pour faire à manger et la vaisselle, des bancs qui chaque année, eviennent de plus en plus originaux et confo tables et des abris pour le bois et les caisses. À 11h30, un scout de chaque patrouille est attendu devant la tente Matériel afin de récupérer la nourriture pour préparer le repas de midi. Ils reçoivent les explications détaillées du responsable cuisine afin que l’on mange ce qui est prévu... Au menu du jour, un « chili con carne » ! S’ensuit la vaisselle... L’organisation de celle-ci cause toujours quelques difficultés aux sous-chefs de patrouille (SCP). Il faut frotter, rincer, ébouillanter, sécher et ranger les couverts, mais ils s’en sortent toujours.

Notre cher abbé Joseph se charge de la messe en fin d’après-midi après avoir fini de bâtir la chapelle, qui est particulièrement magnifique cette année ! Il continuera le lendemain avec la construction du mobilier dont il a besoin comme par exemple, un porte encensoir. Enfin, la nuit reprend le dessus et un grand feu est allumé sous le « bras zéro ». Ce soir, il y a une veillée organisée par le responsable jeu. Épée à la main et flambeau dans l’autre, les chefs se transforment en comédiens puis en juges afin de condamner les traîtres qui se trouvent parmi nous, Gravaillac et son acolyte, Guillotin. On poursuit par des jeux et des chants avant de terminer par notre fameuse prière du soir.

Le camp retrouve son calme après la descente du drapeau qui signifie la fin de la journée.

VdBR, Chef de troupe